Bloc-notes : le clappe de la fin

Depuis la démission du ministre de la justice Célestin Tunda ya Kasende, on assiste à une descente aux enfers du front commun pour le Congo. En effet en marge de l’interpellation de l’ex ministre de la justice par le parquet près de la cour de cassation. Emmanuel Ramazany Shadary secrétaire permanent du PPRD avait sorti une phrase qui semble être anodine mais qui présager la chute non pas brutale mais progressive de la famille politique de Joseph Kabila à savoir: on ne peut pas nous intimider.

Cette déclaration bénigne à l’époque faîte pour dissimuler l’exaspération de constater que le faible allié prenait de plus en plus de galons et de libertés dans ses décisions, était bien un signe précurseur du chamboulement politique qui allait suivre.

La coalition Fcc-Cach étant dissoute par le président de la République au profit de l’Union sacrée de la nation, l’actuelle équipe gouvernementale n’avait plus sa raison d’être. Il était de bon aloi que le premier ministre tire les conséquences de cette bifurcation.

Mais hélas le Fcc étant pris au dépourvu par la succession des évènements, avec en point d’orgue la destitution du bureau de l’Assemblée nationale va s’est lancé à une véritable course poursuite pour essayer de reprendre la main sur le déroulement des évènements.

C’est ainsi que la coalition de Joseph Kabila s’est mis à galoper sans stratégie d’une contre offensive, si c’est ne que des déclarations politique intempestive et un repli identitaire inouï pour tenter de sauver du naufrage le navire Fcc. Nonobstant quelques analyses de certains cadres chargeant au passage Néhémie Mwilania leur coordonnateur.

En panne de stratégie et en perte de vitesse, le Fcc n’a eu d’autre choix qu’un repli identitaire comme l’illustre le courrier adressé au président de la République par son premier ministre après sa prétendue mission dans l’ex Katanga qui stipulé dans des termes clairs que: son autorité morale et la communauté katangaise lui ont demandé unilatéralement de ne pas démissionner. Comme ci, il était redevable devant eux.

Ainsi sonne le glas de la fin du FCC avec le clappitement d’un repli identitaire honteux,alors même que le pays a besoin de la cohésion plus que jamais de toutes les communautés composant la nation congolaise. Heureusement,un de protagoniste de ce clappe de la fin a été mis hors d’état de nuire par la justice du pays.

Par David MUKENDI kalonji

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s