Bloc-notes :Ceni l’essentiel est ailleurs

Logo de la ceni

Depuis quelques jours, l’actualité politique au niveau nationale est dominée par différentes marches de contestation contre la désignation de Ronsard Malonda comme président de la ceni.

De l’église catholique à l’opposition en passant par l’udps ,le cri et le chant reste le même »on ne veut pas de Ronsard Malonda à la tête de la ceni ». pourquoi donc cette unanimité de la quasi-totalité des acteurs de la vie politique en RDC ?

La réponse semble évidente. La manière plus que suspicieuse de sa désignation comme président de la centrale électorale, tant il est décrié par une frange des confessions religieuses alors qu’il est censé être leur émanation.

Un tel décor planté par les prélats de l’église n’augure Rien de Bon, car la classe politique est à l’affût du moindre étincelle pour rebondir aisément. Elle en a profité pour ériger une crise,trouvant suffisamment des poux sur la tête de Malonda.

Que reproche t’on à Malonda ? La réponse est simple, il est l’artisan des élections haut combien cahotique de décembre 2018, donnant la présidentielle à une partie de l’opposition et une écrasante majorité parlementaire au fcc qui ironi du sort le défend bec et ongle,prouvant aux yeux d’une frange de la populace leurs accointances révélées au grand jour.

Chassé le naturel,il revient au galop dit-on,l’une des caractéristiques de la politique congolaise est sans doute les marches de protestation qui manquées tend à l’univers politique du pays de Lumumba depuis celle organisées par l’église catholique en 2018.

L’udps Expert en la matière s’en est donné à cœur joie , suivis en suite par la coalition lamuka avec le retour d’un revenant, le phoenix bemba qui renaît de ses cendres.

Trêve des marches,après la tempête posons nous la vraie question « quel est le problème qui pousse plus d’un congolais à réclamer la tête de Malonda?cet évidemment les prochaines élections que les congolais espèrent être le reflet du désir de la population contrairement à celle de 2006,2011, et 2018.

D’où la question de savoir est ce le problème, c’est l’individu Malonda? ou le système d’organisation des élections au Congo?La réponse à la préoccupation semble évidente,les congolais très souvent éludent les vraies questions pour s’attaquer aux épis phénomènes qui permettent à toute la classe politique d’ assouvir leurs agendas sans élucider les vraies questions à l’occurrence les réformes électorales.

Il apparaît très clairement que la charrue a été mis avant le bœufs.l’important n’était pas la désignation des animateurs de la ceni particulièrement son président. mais bien des réformes électorales pour baliser le chemin d’une élection qui sera véritablement le reflet de la volonté du souverain primaire.

Raison pour laquelle, il est nécessaire à toutes les parties de jouer franc-jeu, sur la question de la ceni,éluder la vraie problématique qui est celui des « réformes électorales », car au stade actuel du débat basé sur l’ animateur principal de la ceni l’essentiel (réforme) est sans l’ombre d’un doute ailleurs.

Par mukendi kalonji David

Un commentaire sur “Bloc-notes :Ceni l’essentiel est ailleurs

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s